Une alimentation anti-inflammatoire pour limiter les risques d’ostéoporose chez les femmes

Puisque de nombreuses études montrent le lien entre l’inflammation d’une part et la perte osseuse et les fractures d’autre part, des chercheurs de l’université de l’Ohio (USA) ont voulu savoir si des choix alimentaires délétères, et en particulier qui contribuent à l’inflammation, sont également responsables d’une perte de densité osseuse.

L’équipe a donc étudié les habitudes alimentaires de plus de 160 000 femmes post-ménopausées (les plus à risque de développer une ostéoporose). Toutes ces femmes ont complété des questionnaires alimentaires et ont subi des ostéodensitométrie au début de l’étude, puis 3 et 6 ans plus tard.

Au début de l’étude, les chercheurs observèrent une relation plus faible qu’attendue entre les marqueurs sanguins de l’inflammation et la densité osseuse. Mais au fur et à mesure de son avancée, les femmes dont les habitudes alimentaires prévenaient l’inflammation perdaient moins de densité osseuse que les femmes aux régimes alimentaires favorisant particulièrement l’inflammation.

Ces résultats, publiés en décembre 2016 dans le Journal of Bone and Mineral Research (Journal sur la recherche osseuse et minérale), suggèrent que le calcium et la vitamine D, bien qu’indispensables à la santé osseuse, ne sont pas les seuls nutriments nécessaires pour nos os. Une alimentation anti-inflammatoire, riche en graisses insaturées, en légumes, en fruits et en céréales complètes, est également indispensable…

 

Source : http://www.health.harvard.edu/bone-and-muscle-health/anti-inflammatory-diet-could-reduce-risk-of-bone-loss-in-women

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *