La ménopause… ou la valse des hormones [chapitre 1]

Voici le 1er article, d’une série de 3 (a priori !), sur la ménopause. Celui-ci vous présente les hormones en jeu et les conséquences de ces changements hormonaux au mitan de la vie des femmes. J’aborderai ensuite les risques et désagréments qui y sont liés puis quelques solutions naturelles que la naturopathie peut vous apporter. A suivre donc !

7% des femmes entre 40 et 44 ans et 83% des femmes entre 50 et 54 ans sont ménopausées en France. 400 000 femmes atteignent chaque année l’âge de la ménopause, soit 51,3 ans, avec son cortège de symptômes, bouffées de chaleur en tête, plus ou moins bien vécus. 10 millions de Françaises sont ainsi ménopausées. Passant presque inaperçue pour certaines, la ménopause est au contraire une vraie tempête physique et psychologique pour d’autres. Pourquoi ? Que se passe-t-il dans le corps lors de cette étape fondamentale dans la vie d’une femme ?

La valse des hormones

On ne peut dater la ménopause d’une femme que rétrospectivement, puisqu’elle correspond officiellement à l’absence de règles pendant 1 an. Mais souvent, les cycles menstruels sont devenus irréguliers bien avant, lors de la périménopause, qui commence en général vers 45 ans et peut durer jusqu’à 7 ans. Au cours de cette période, la sécrétion des hormones sexuelles féminines commencent à fluctuer de manière irrégulière, avec généralement une baisse rapide de la production de la progestérone et une irrégularité des sécrétions d’œstrogènes. La plupart des femmes alternent donc des périodes d’hypo-œstrogénie (absences de règles, bouffées de chaleur, fatigue et troubles du sommeil, sécheresse vaginale…), de cycles normaux et d’hyperoestrogénie (syndrome prémenstruel, agressivité et irritabilité, fibrome utérin possible…).

Une ménopause… ou des ménopauses ?

Avant la ménopause, les œstrogènes sont sécrétés en majorité par les ovaires à partir d’androgènes. A partir de la ménopause, la quantité d’œstrogènes produite dépend de l’importance du tissu adipeux, et donc de la silhouette et de l’indice de masse corporelle de la femme. En effet, le tissu adipeux est capable de fabriquer des œstrogènes à partir des androgènes au cours d’un processus que l’on appelle aromatisation. Plus la femme possède du tissu gras, plus elle produit d’œstrogènes et donc plus l’imprégnation oestrogénique de l’organisme est important. Or cette imprégnation n’est pas anodine : elle conditionne l’état de santé de la femme. Ainsi, plus l’imprégnation vécue par une femme au cours de sa vie est élevée (qui est aussi fonction du temps entre la puberté et la ménopause, de la durée de la contraception hormonale, de l’exposition aux perturbateurs endocriniens, de la capacité de détoxication hépatique…), plus le risque de développer un cancer du sein augmente.

Globalement, un tissu adipeux en excès entraine une perturbation des sécrétions surrénaliennes et de l’hormone de croissance, stimulant ainsi la production des œstrogènes, et une perturbation des enzymes hépatiques. Or, c’est le foie qui dégrade et inactive les hormones dans l’organisme.  L’inactivation des œstrogènes s’en trouve donc diminuée. Au final, une femme en surpoids se retrouve en hyperoestrogénie, et l’on voit bien ici que la ménopause n’est pas nécessairement un manque d’hormones !

Chaque femme est donc un cas particulier, et il n’y a pas une ménopause, mais des ménopauses. A chaque femme, selon son mode de vie, son histoire et sa silhouette, correspondent donc des risques post-ménopausiques particuliers.

Des risques différents

Physiologiquement, les femmes maigres et minces sont plus à risque de développer pendant et après la ménopause une sécheresse de la peau et des muqueuses ainsi que de l’ostéoporose. Les femmes plantureuses et arrondies seront, elles, davantage concernées par le risque de développer des maladies cardiovasculaires et des cancers hormonodépendants (sein, ovaire, utérus).

Malheureusement, pour toutes, le stress oxydatif et l’inflammation augmentent avec la ménopause. Avant la ménopause, les cycles menstruels se terminaient par les saignements des règles qui sont l’occasion de pertes en fer. Or ce dernier est un puissant agent d’oxydation et d’inflammation. Cette protection disparait avec la disparition des règles. Après la ménopause, la vitesse de vieillissement des femmes rattrape donc celle des hommes, de même que les risques de maladies dégénératives.

Mais pas de panique ! Une hygiène de vie adaptée, celle qui vous est décrite régulièrement dans ces pages, et quelques outils spécifiques permettent de se préparer et de passer le cap en douceur… à suivre.

Sources :

  • Souccar T., Bien vivre sa ménopause, septembre 2013, les Dossiers de Santé & Nutrition.
  • Curtay J.P. Dr, Ménopause : comment passer ce cap en douceur, août 2016, Les dossiers de Santé & Nutrition.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.