Introduction aux mécanismes initiateurs de la maladie

Pour continuer sur les maladies dégénératives et de civilisation, voici un petit texte court, qui n’est pas de moi (sources en fin d’article) mais qui me semble intéressant à partager… à propos de l’origine de ces pathologies.

« Depuis plusieurs décennies, les scientifiques ont tenté de dénicher les facteurs causant les maladies dégénératives. Contrairement aux maladies infectieuses, qui restent toujours un net danger pour la santé, et auxquelles le corps s’oppose par une réaction inflammatoire intense par le système immunitaire, les processus des maladies chroniques sont excessivement subtils. Comme des combattants furtifs, ils déjouent nos écrans radar jusque tard dans la maladie.

Un bon exemple est le cancer. Si vous ne vous protégez pas, vos chances d’éviter le cancer sont comme de jouer à pile ou face. Malheureusement, une fois que vous avez la maladie, vos chances de survie sont considérablement hypothéquées. Le cancer ne survient pas en une soirée. En développement silencieux pendant peut-être 10 ou 20 ans, la plupart des cancers sont déjà bien avancées à leur détection. Au diagnostic, la plupart des médecins enrôlent leur artillerie lourde, chirurgie, chimiothérapie, radiation, mais en réalité, il n’y a pas grand chose à faire à ce moment. « Coupez, brûlez et empoisonnez ! » sont devenus les outils indispensables du métier.

Dans les 35 dernières années, le taux de survie au cancer ne s’est pas amélioré significativement. Depuis la déclaration de « guerre au cancer » de l’ancien président des États-Unis, Richard Nixon, en 1971, des centaines de milliards de dollars ont été placés dans une campagne que certains critiques ont qualifiée de « Vietnam médical ». Selon le prix Nobel Linus Pauling, « tous doivent savoir  que la guerre au cancer est largement une fraude ». Nous avons désespérément cherché l’arme magique, oubliant la cause sous-jacente.

Le cancer n’est pas une maladie unique, mais un groupe de 100 maladies avec une étiologie généralement similaire. Il y a de plus en plus de preuves médicales à l’effet que, comme plusieurs autres maladies chroniques, le cancer démarrerait par la détérioration oxydative de la machinerie biologique de la cellule, incluant son code génétique, l’ADN, et par des actions inflammatoires dus à l’oxydation. Le fait que le stress oxydatif et l’inflammation soient si étroitement liés à l’alimentation et au style de vis suggère que l’initiation du cancer et des autres maladies chroniques résulte de manques nutritionnels et physiologiques de longue date pour le corps, le rendant vulnérable aux attaques ».

(extrait de « Nutrisearch », Lyle Mac William, 4ème édition, 2008).

Une courte introduction donc, pour un prochain article auquel je réfléchie sur le stress oxydatif… A suivre…

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *