5 moyens de garder la mémoire vive !

La façon dont vous vivez, ce que vous mangez et buvez, et ce que vous faites de votre corps affectent votre mémoire, au même titre que votre santé physique et votre bien-être. Je vous propose donc ici 5 facteurs à travailler tous les jours pour garder un esprit et un corps affutés.

Gérez votre stress

Un stress quotidien et constant, alimenté par les tensions professionnelles ou les disputes familiales, peut affecter votre capacité de concentration et de mémorisation. Pire, un sentiment d’anxiété extrême peut complètement altérer votre mémoire. Trous de mémoire et oublis récurrents sont alors légions, sans perler de votre état de nervosité et éventuellement de votre épuisement. SI vous n’avez pas encore mis en place une stratégie anti-stress, il serait peut-être temps d’y penser : votre mémoire vous dira merci ! Respiration ventral et complète, méditation, yoga, cohérence cardiaque, et une approche « consciente » de la vie peuvent vous y aider.

Dormez bien !

Les personnes qui ne dorment pas bien la nuit tendent à davantage oublier les choses que ceux qui dorment d’un sommeil de plomb. Une bonne nuit de sommeil est essentielle à la mémorisation. La raison la plus commune d’un sommeil médiocre reste l’insomnie, autrement dit une difficulté à s’endormir ou à rester endormi (réveils nocturnes). Malheureusement, la plupart des médicaments utilisés en cas d’insomnie, les fameux somnifères, altèrent très souvent la mémoire et plus généralement le fonctionnement cérébral. Il est donc préférable de commencer par retrouver une véritable hygiène du sommeil plutôt que de vous tourner vers ces traitements aux effets secondaires non négligeables. Faites vous aider !

Si vous fumez, arrêtez !

Plus facile à dire qu’à faire, c’est sûr ! Mais si vous avez besoin d’une raison supplémentaire pour arrêter de fumer, sachez que les fumeurs ont davantage de pertes de mémoire (entre autres !) que les non fumeurs. Comparativement aux non fumeurs, les personnes qui fument plus de 2 paquets de cigarettes par jour dans la force de l’âge font plus que doubler leur risque de développer une démence plus tard. Un fait réversible à condition d’arrêter de fumer ou tout au moins réduire sa consommation à moins d’un demi paquet par jour…

Si vous buvez de l’alcool, faites-le modérément.

Boire trop d’alcool augmente les risques de perdre la mémoire et de démence. Les personnes alcoolisées éprouvent des difficultés à mener à bien des tâches sollicitant la mémoire à court terme, telle que mémoriser des listes. Un autre des effets de l’alcool sur la mémoire est connu sous le nom du syndrome de Korsakoff. Il s’agit d’une carence en vitamine B1 qui, associée aux effets toxiques de l’alcool sur le cerveau, peut conduire à une amnésie soudaine et dramatique. Dans certains cas, cette amnésie peut être permanente. Le plus souvent, si traitée à temps, elle peut être réversible en partie. Vous voulez vraiment prendre le risque ?

Protégez votre cerveau des blessures

La raison principale des pertes de mémoire reste le traumatisme crânien. C’est aussi une cause majeure de démence dans le futur. Utilisez toujours les casques appropriés lorsque vous pratiquez des activités à risque de choc et des sports de contact. Bouclez votre ceinture (et celles de vos enfants !) lorsque vous conduisez. Les accidents de la route sont de loin la cause principale des blessures à la tête, et le port de la ceinture réduit grandement les risques d’un traumatisme crânien sévère. Portez un casque à vélo, en roller ou à ski. Protégez votre tête !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *